MÉDECINE : les troubles de l’érection

MÉDECINE : les troubles de l’érection

 

Attention tabou ! Deux à trois millions de Français ont beau être concernés, les troubles de l’érection restent un sujet difficile à aborder. Et les conséquences pour le couple parfois désastreuses. Synonyme de faiblesse personnelle, l’impuissance est pourtant simplement un dérèglement physiologique. 

Lorsqu’un homme ne parvient pas à avoir une érection, ou n’arrive pas en obtenir une suffisamment importante pour pouvoir avoir un rapport sexuel, a fortiori avec pénétration, on parle de dysfonctionnements érectiles

Le pénis est principalement constitué de trois sortes de réservoir. Les corps érectiles sont composés de deux corps dits « caverneux » et un corps « spongieux ». Les deux corps caverneux sont de larges réservoirs en forme de cylindre, ils sont riches en veines et en artères. Le corps spongieux contient l’urètre, par lequel peuvent être évacués l’urine et le sperme.

La plupart du temps, les corps caverneux sont pauvres en sang et le volume du pénis est faible. Mais lorsqu’un homme est excité sexuellement, des signaux de stimulation arrivent au cerveauLes centres de l’érection envoient alors des ordres, qui transitent par la moelle épinière jusqu’au pénis grâce aux nerfs érecteurs. Ces nerfs sont directement connectés aux artères et aux corps caverneux du pénis. Résultat, les artères se dilatent, les tissus spongieux se remplissent de sang et le pénis entre progressivement en érection. Les nerfs érecteurs contrôlent aussi bien le remplissage des corps érectiles (qui aboutit à l’érection), que leur « vidange » (autrement dit le retour à l’état normal).

L’absence d’érection peut être la conséquence de maladies cardiovasculaires ou d’un diabète, ou de certaines interventions chirurgicales. Et parfois, la cause est psychologique, mais contrairement aux idées reçues, ce n’est que dans 20% des cas. Il est évidemment difficile de donner des chiffres précis sur le nombre d’hommes concernés par le problème. Mais tout homme, dans sa vie, se retrouve au moins une fois confronté à ce type de panne. L’idéal, quand cela arrive, c’est évidemment d’en parler, car il existe des solutions. 

Toute anomalie des vaisseaux ou des nerfs qui jouent un rôle dans l’érection peut entraîner undysfonctionnement érectile. L’hypertension artérielle et les maladies cardio-vasculaires sont souvent en cause. Les affections neurologiques, comme la sclérose en plaques ou une maladie de Parkinson, peuvent également entraîner une impuissance.

Mais c’est le diabète qui reste la principale cause d’impuissance. Il s’attaque en effet aux vaisseaux sanguins et aux nerfs. Les troubles de l’érection sont trois à quatre fois plus fréquents chez les personnes diabétiques.

Certains traitements, comme les antidépresseurs ou les traitements de la prostate, peuvent aussi aider au développement de l’impuissance. Certains troubles passagers de l’érection peuvent quant à eux être causés par une mauvaise hygiène de vie : tabagisme, alcool, fatigue et stress font mauvais ménage avec une vie sexuelle épanouie !

Enfin, l’âge joue un rôle non négligeable : passé 40 ans, un homme sur trois souffre d’une impuissance plus ou moins importante. Au final et contrairement aux idées reçues, les troubles de l’érection ne sont d’origine psychologique que dans 20% des cas !

Jean connaît des problèmes d’érection depuis une opération de la prostate. Il nous explique dans la vidéo suivante comment il vit cette situation… 

La première solution est de prendre des médicaments, comme la célèbre molécule, sildénafil, qui renforcent l’érection. Si ce n’est pas suffisant, il faut réaliser des injections de substances qui stimulent l’érection, directement dans un corps caverneux.

Il existe également une technique appelée vacuum, qui créé le vide autour de la verge et permet de la faire gonfler à l’occasion des rapports sexuels. Un anneau en latex est installé au bout d’un tube, il viendra bloquer le reflux du sang de la verge une fois l’érection suffisante. Le patient n’a alors plus qu’à chasser l’air de l’intérieur du tube, grâce à une pompe qu’il actionne, jusqu’à obtenir une érection.

Bertrand a été opéré de la prostate et depuis, a des problèmes d’impuissance. Il a testé les injections sans succès et essaie désormais le vacuum. 

Pour certains hommes, il n’est plus possible d’avoir des érections naturelles après un cancer, un diabète ou suite à des traumatismes. Il est alors possible d’implanter une prothèse pénienne dans la verge. Il s’agit d’un acte chirurgical lourd, irréversible et proposé en dernier recours pour permettre à ces hommes de retrouver une érection.

La prothèse pénienne représente le dernier recours. Mals acceptée si elle est proposée d’emblée, les patients mettent tous leurs espoirs dans le traitement chirurgical, après avoir testé sans succès d’autres thérapeutiques.

L’opération va remplacer les corps caverneux par des cylindres à l’épaisseur modulable. Un petit ballon placé dans la vessie permet de régler le volume de la prothèse. 

Troubles de l’érection, éjaculation précoce, difficultés à éjaculer, baisse du désir, difficultés à atteindre l’orgasme, douleurs lors de la pénétration… sont les motifs de consultation les plus fréquents.

De nombreux couples rencontrent des difficultés dans leur vie sexuelle, sans jamais oser en parler, souvent depuis des mois, voire des années. Un sexologue, praticien spécialiste des troubles de la sexualité peut aider à résoudre les problèmes sexuels de tous ceux qui ne vivent pas une sexualité épanouissante.

Pour se renseigner sur les professionnels compétents :

 

Explications et vidéos ici :  

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils