L’empire du Ghana: Le nom de famille SAKHO, Origine et histoire, Partie 1

L’empire du Ghana: Le nom de famille SAKHO, Origine et histoire, Partie 1

Certains possèdent la connaissance de l’âne mais ignore celle du cheval.

D’autres possèdent la connaissance du cheval mais ignore celle de l’âne.

Certains possèdent la connaissance de la vache mais ignorent celles du cheval et de l’âne.

D’autres possèdent la connaissance du cheval et de l’âne mais ignorent totalement celle de la vache.

Mais avant de connaître l’âne, le cheval et la vache, il faudra d’abord savoir qui on est…

C’est ainsi que pour la première fois depuis que je fais sur internet la diffusion et la promotion de la langue, de l’histoire et de la Culture Soninké, je fais un article sur l’origine de ma famille: les SAKHO WAKANE2. Ce n’est point par pur nombrilisme. Chaque nom de famille est illustre et possède une belle histoire. Il faut juste les juste les écrire et les publier. J’ai commencé à parler de l’histoire des Doucouré, des Diawara, des Niakaté et de mes oncles les Koïta

(le laveur du déshonneur), ancêtre des SAKHO habitait Le Wagadou1, « Pays des Wagué », avec comme capitale , comportait quarante quatre(44) clans (familles) assumant diverses autorités pendant toute la durée de l’empire du Wagadou.

Les six (6) fils de Dingha furent à l’origine des six premiers clans, qui ont les patronymes suivants :
Cissé (Diabé), Soukhouna (Térékhiné), Bérété (Tomona Maghan Dian), Touré (Sora Sadio Moudou), Diané, Koma, Sakho (Makhan).

Les trente-huit autre clans qui ne descendent pas de Dingha étaient ceux issus des guerriers compagnons de Dingha. Ils sont venus avec lui de Sonna (Egypte).

 

Ces trente-huit clans portent les noms suivants :

Badiaga, Baradji, Batilé, Boiguillé, (ou Darambé), Diani, Diobaré (ou Dyiraré), , , (ou ), , Gadéna, Goumané, Gory (ou Gori), , Koita (ou ), Konaté, Konthié (ou Kondé ou ), Maguiraga, Mara (ou Mangassouba), Nimaga (ou Kané), Sadega, Sakhanokho, Salou (ou Mogosiré), Samassa (ou Soramousé), Sawoné, Simaga, Fissourou, Soukhouna, Sylla, Tambadou, Tandia, Tandjigora, Téréta, Tigana, Traoré, Yatabaré. (La plupart des clans se sont divisés en plusieurs branches portant chacune un nom de famille…)

Après la mort de Dingha, Diabé ayant prit la succession décida d’aller s’installer à Koumbi.

La légende raconte que :
« … Quand l’herbe eut été toute coupée et que la brousse fut toute nue, le grand tam-tam (tabalé) de guerre se mit à résonner tout seul, et des gens vinrent de tous les cotés. Parmi eux il y avait un homme très grand : Makhan SAKHO qui vient de l’Orient. C’est l’ancêtre de tous les SAKHO. 

De celle de l’ouest vint Goumadé Fadé, souche de tous les Camara.

Du sud arriva Diagouraga Taraoré, tous les noirs qui se nomment Diagouraga le reconnaissent comme grand-père.

Enfin du nord arriva Makhan Doumbé Sylla et tous les Sylla sont ses fils.

Ces quatre hommes, réunis autour du grand tambour, prétendaient tous le posséder, car celui qui détient le grand Tabalé, celui-là est roi. Un sorcier consulté dit : « Le tabalé appartient à celui d’entre vous qui pourra y plonger la main. »

Seul Diabé réussit à le faire et les quatre autres chefs le reconnurent pour roi. Les guesseré chantent encore « A quel Wagué avons-nous juré fidélité un soir à Djenguédé ? » … De là fut fondé le village de Koumbi ».

Qu’il soit écrit : SAKHO, SACKO ou SAKO…ou qu’il comporte le jammu karé (le nom d’honneur) Wakané, Biba, Diombera, Marieta… Tous ont un seul père (ancêtre) : Makhan SAKHO.

Diabé CISSE, rapportent les Guesseré, commanda en son temps à 9999 tribus de Soninkés. Et ces tributs se divisaient en quatre groupes de tributs.

Neuf mille (9000) parmi elles étaient ensemble moins importantes que neuf cents (900) . Et ces neuf cents (900) ensemble étaient moins importantes que les neuf (9).

Le commandement des troupes des 9999 familles revenaient à Sakho Wakané.

Et chacun de ces quatre groupes de tribus était commandé par un chef de famille.

Et le premier parmi ces chefs se nommait Makhan SAKHO (ancêtre des SAKHO), et il habitait le pays de Diadjiga (en ce temps-là le pays de Kaarta portait le nom de Diadjiga) et il résidait au village de Madiga. C’est pour cela qu’on appelle les SAKHO Diadjiganké (SAKHO de Diadjiga)

L’Empire du WAGADOU: Les traditions du Yéréré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils