Le député Samba Yougo KOÏTA décroche un lycée professionnel pour sa ville natale, Diawara

Le député Samba Yougo KOÏTA décroche un lycée professionnel pour sa ville natale, Diawara

 

L’association CORÉDIA est en mesure de porter à la connaissance des citoyens, la construction d’un lycée professionnel à Diawara, grâce aux démarches entreprises récemment par le député des Sénégalais de l’Extérieur, M. Samba Yougo KOÏTA, originaire de la commune de Diawara (département de Bakel), auprès de M. Mamadou Talla (Ministre de la Formation professionnelle, de l’Apprentissage et de l’Artisanat).

Ce vendredi 8 novembre, lors des commissions à l’Assemblée nationale, le ministre Mamadou TALLA a apporté au député Samba KOÏTA des précisions quant au financement et la date de démarrage des travaux. Le financement du volet construction du projet s’élève à plus 250.000.000 francs CFA, avec un démarrage dans les mois à venir, dès que la question de l’emplacement sera réglée par la municipalité de Diawara. L’équipement en matériels et autres, fait l’objet d’un second financement que n’englobe guère les 250 millions. 

Il y a quelques mois, le maire de Diawara avait reçu une lettre envoyée par le ministère Mamadou TALLA  pour l’informer du projet, afin qu’il mette tout en œuvre pour la mise à disposition de son ministère un terrain appartenant à la Commune pour un démarrage rapide des travaux. Le député KOÏTA a saisi l’occasion pour s’entretenir avec le maire, afin qu’il convoque un conseil municipal extraordinaire dans les meilleurs délais pour satisfaire la demande du ministre, car toujours soucieux de ce qui fait avancer Diawara et qui le porte vers un avenir meilleur et prospère.

La  construction d’un lycée professionnel à Diawara est assez exceptionnelle, si on se réfère à la règle qui arrête un lycée professionnel par département, car Bakel en a déjà un ; mais grâce à l’amitié de longue date et les relations humaines et fraternelles qu’entretiennent M. KOÏTA et M. Mamadou TALLA (qui est un des artisans avec M. KOÏTA de la massification de l’APR dans toutes les régions de France), ce projet a été rendu possible. Cette possibilité de lycée professionnel va au-delà de tout ceci : c’est aussi à la faveur d’un vrai travail et d’une vraie volonté affirmée dénuée de toute considération politique, que le député KOÏTA a réussi ce grand coup de maître pour son terroir. Nous sommes loin de cette politique du mensonge, cette politique mécréante (excusez du peu !) qui consiste à endormir les masses pour aboutir au vacuum. La politique, ce n’est pas la distribution des billets de banque flétries soutirées des caisses de l’État pour acheter l’adhésion et l’empathie du Peuple ; la politique, ce n’est pas une certaine conceptualisation du mensonge et du leurre pour faire croire l’impossible au peuple ; la politique, la vraie, c’est de travailler pour le Peuple, de parler moins et de faire des choses grandioses pour le Peuple. Et dans le cas présent, le député KOÏTA montre l’exemple ; en bon fils de Diawara, ayant connu l’immigration, il est probablement l’homme des situations pour changer le cap du déclin politique que la commune de Diawara a emprunté depuis plus d’une décennie. L’homme des situations pour le développement, et non pour l’accumulation des mandats ; nul besoin d’autres mandats électifs pour amorcer un changement, pour enfin redynamiser la commune la plus moderne de la région de Tambacounda.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, M. Thierno Alassane Sall, a prouvé au député Samba KOÏTA que courant 2014, dans le cadre d’un vaste chantier d’infrastructures et de désenclavement qui seront entrepris par le gouvernement, l’axe  routier Bakel/Gandé est une composante de ce vaste orogramme routier, ce qui impliquera la construction d’un nouveau pont à la place de l’actuel (le Pont de Diawara). Aussi, en ce moment, les négociations se portent sur l’axe routier Diawara/Bondji, pour rendre la zone davantage attractif économiquement, avec les marchés hebdomadaires, le transport de marchandises,… sur ce second volet, rien n’est encore arrêté, même si l’optimisme l’emporte sur tout le reste.

Une nouvelle ère souffle sur la Cité du fleuve (Diawara), les dieux de l’espérance sont encore avec elle. Un horizon radieux se profile…

O. SAKHO, pour le CORÉDIA.  

Suivez-nous sur Facebook : Ville de Diawara & ses Amis

 

.

 

1 Comment

  1. Avatar
    Foussenou novembre 09, 2013

    Tout simplement bravo et merci. Ceci est un grand pas vers l’avant.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils