MALI : LES INTÉGRISTES TERRORISTES RELIGIEUX POUSSENT À L’EXODE

 

La guerre les a fait fuir. À l’intérieur même du Mali pour certains, dans des camps du Burkina Faso pour d’autres. Déplacés ou réfugiés, ils ont quitté les régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Menaka et n’y retourneront pas « tant que la paix ne sera pas revenue ».

 

01

Mali, Mopti, mars 2013. Ces déplacés sont installés dans le camp “Hôtel des chauffeurs” « depuis plus de huit mois ». Pour la plupart, les personnes rencontrées ici ont fui le Nord après l’arrivée des “islamistes” dans la crainte de l’application de la charia.

02

Mali, Mopti, mars 2013. Aux premiers jours de l’occupation du nord du pays, l’Hôtel des chauffeurs a été utilisé pour l’accueil des réfugiés. Il est composé d’un bâtiment en béton entouré de tentes.

03

Mali, Mopti, mars 2013. Les associations Caritas et Enda-Mali assurent les distributions de nourriture dans le camp de l’Hôtel des chauffeurs.

04

Bamako, Mali. Un réfugié du Nord, en attente d’être enregistré, présente sa carte d’identité malienne.

05

Mali, Mopti, mars 2013. Dans le camp de réfugiés, Hôtel des chauffeurs.

06

Mali, Mopti, mars 2013. Dans le camp de réfugiés, Hôtel des chauffeurs.

07

Mali, Mopti, mars 2013. Dans le camp de réfugiés, Hôtel des chauffeurs.

08

Mali, Mopti, mars 2013. Jour de distribution de la nourriture au camp Hôtel des chauffeurs.

09

Bamako, Mali, mars 2013. Des fils de militaires maliens, engagés dans le conflit au nord du pays, ont été accueillis par des familles bamakoises. 

10

Bamako, Mali, mars 2013. Au fil des mois, la solidarité des proches est moins évidente. Les déplacés doivent trouver des moyens de survivre dans la capitale.

11

Bamako, Mali, mars 2013. Cet homme est « parti de Tombouctou à l’arrivée des islamistes, il y a un an. Je suis musicien, et la musique était interdite ». Pour venir du Nord jusqu’à Bamako, beaucoup de déplacés ont marché, pris des bus, traversé des rivières…

12

Konna, Mali, mars 2013. Le port de Konna, après l’intervention de l’armée française.

13

Konna, Mali, mars 2013. Dans le port bombardé par l’armée française.

14

Konna, Mali, mars 2013.

15

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. L’entrée du camp de réfugiés maliens de Saagniogniogo, au Burkuna Faso, pays frontalier du Mali. Ce camp est situé en pleine brousse, à une trentaine de kilomètres de la capitale burkinabé Ouagadougou.

16

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013.

17

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Une mère et son enfant : « À sa naissance, on l’a envoyé en France pour le faire soigner. Ici, c’est difficile de trouver tous les traitements. »

18

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Les hommes du camp se rencontrent autour du thé, et discutent de la situation politique du pays. Pour beaucoup de réfugiés qui ont quitté le Mali, la crainte des exactions de l’armée malienne et la peur d’être assimilés à des islamistes expliquent la décision de partir.

19

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Document de reconnaissance du statut de réfugié.

20

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Édification d’une cabane du camp de réfugiés. Ce sont les femmes qui, dans la plupart des cas, sont chargées de la construction.

21

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013.

22

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Aux bords du camp.

23

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Le camp de Santiago est géré par l’État burkinabé avec l’appui de la Croix-Rouge locale et du Haut-Commissariat aux réfugiés.

24

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013.

25

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013.

26

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Préparation du dîner.

27

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Quand le soleil devient moins fort, les jeunes se retrouvent pour boire du thé et jouer avec ce qu’ils peuvent trouver dans le camp.

28

Saagniogniogo, Burkina Faso, avril 2013. Match de football dans le camp : réfugiés maliens contre Burkinabés d’un village proche du camp. 

 

 

 

.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils