Construction sur les terres des indiens au Brésil : un jugement historique invalide la license du chantier et oblige l’arrêt immédiat des travaux

Construction sur les terres des indiens au Brésil : un jugement historique invalide la license du chantier et oblige l’arrêt immédiat des travaux

 

Au cours d’un procès historique qui s’est tenu dans la soirée du lundi 13 août 2012, la cinquième chambre de la première Cour fédérale de la région d’Altamira (Brésil, Etat du para) a décidé à l’unanimité l’arrêt immédiat des travaux du complexe hydroélectrique de Belo Monte. 

La décision a été prise par le TRF alors qu’il s’agissait de juger un embargo promu par le Ministère fédéral du public (MPF). L’amende prévue en cas de non respect du jugement a été fixée à 500 000 reals par jour (nb : plus de 200 000 euros). La décision de cinquième classe a été fondée sur l’article 1 et l’article 2 de l’Organisation internationale du Travail (OIT), qui exige une consultation préalable avec les parties affectées par les travaux : dans ce cas précis, les communautés autochtones, vivant sur place. Cette requête doit être effectuée uniquement par le Congrès. Selon le juge Souza Prudente, elle n’a pas eu lieu.

« Le Congrès a émis le décret législatif n°788 de 2005 sans entendre les communautés autochtones tel qu’exigé par l’OIT et le paragraphe 3 de la Constitution brésilienne, autorisant le début des travaux de construction et lui ordonnant de faire une étude a posteriori », a déclaré le juge. « Toutefois, la Constitution n’autorise pas une étude a posteriori, mais exige une étude antérieure. Donc, ceci montre que la licence par l’IBAMA est invalide, « at-il ajouté ».

Le juge Souza Prudente a également souligné que cette requête des Indiens est indispensable quand il s’agit de construire un complexe comme celui-ci. En outre, la mesure est prévue dans l’article 231 de la Constitution brésilienne et les paragraphes établissant une protection spéciale pour les terres autochtones, leurs histoires et leurs coutumes. «Les Indiens sont des êtres humains qui ont les mêmes droits que tout citoyen brésilien. Par ailleurs, les travaux de Belo Monte mettent en danger l’agencement naturel de 7 cascades », a ajouté le juge.

Diffuser le lien de la pétition du Chef Raoni :
http://raoni.com/signature-petition-contre-belo-monte.php

Voici ce que le chantier du barrage de Belo Monte (Brésil), prévu pour être le troisième plus grand au monde a déjà fait d’un sanctuaire naturel parvenu intact jusqu’au 21ème siècle.

Près de 80% des forêts natives de la planète ont déjà été détruites par l’Homme. La forêt amazonienne -ce qu’il en reste- doit être préservée, l’avenir de nos enfants est en jeu.

Tant que le projet de barrage de Belo Monte n’est pas définitivement abandonné, la pétition reste en ligne. Aidez-nous à la diffuser. Merci.

SOURCE : RAONI.FR

1 Comment

  1. Avatar
    Rédacteur août 15, 2012

    Comme quoi, quand on y croît et quand on ne lâche rien, et quand on décide d’aller jusqu’au bout, on réussit.

    Il n’y a rien de mieux que le combat et la persévérance dans le combat pour la défense de sa dignité et de ce qui t’appartient. Les indiens d’Amérique latine sont de vaillants combattants, et avec des petites victoires mises bout à bout çà et là, ils sont en train de gagner des combats qui étaient perdus d’avance, dès le départ, contre des multi-nationales que mêmes des États n’osent pas attaquer.

    La détermination est essentielle dans toute chose. Bravo aux indiens !!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils