Tambacounda : Mamadou Bâ, coupable de vol en réunion, coups et blessure volontaires avec port d’armes prend six mois ferme et une amende de 2,5 millions de FCFA

Le verdict est tombé hier, mercredi 11 juillet 2012 au tribunal correctionnel de Tambacounda. Malgré ses dénégations, ses explications tirées par les cheveux et son air innocent, le SG de l’UJTL de Tambacounda Mamadou Bâ a finalement été reconnu coupable de vol en réunion, coups et blessure volontaires avec port d’armes par le tribunal correctionnel de Tambacounda qui l’a condamné à six mois ferme et une amende de 2,5 millions de FCFA qu’il devra allouer au coordonnateur régional du M23.

 

 

Le SG de l’UJTL Mamadou Bâ qui faisait la pluie et le beau temps à Tambacounda du temps du régime libéral avait comparu devant le tribunal correctionnel pour les délits de vol en réunion commis la nuit avec port d’armes, coups et blessures volontaires et dommages à la propriété immobilière. Il y a quelques jours, son arrestation avait défrayé la chronique tellement qu’il avait commis de torts aux honnêtes citoyens et aux hommes politiques de l’opposition d’alors sans être inquiété.

Les faits pour lesquels, la terreur des Tambacoundois a été arrêté remontent dans la nuit du 17 février dernier aux environs de 22 heures que des nervis armés jusqu’aux dents, dirigés et par le SG de l’UJTL à bord d’un véhicule 4X4 aux vitres teintés se s’étaient mis aux trousses du Coordonnateur régional du M23 Guy Marius Sagna pour mettre fin à ses jours. A hauteur du siège de Benno Siggil Sénégal sis au quartier Dépôt, le coordonnateur du M23 avait été aperçu par les nervis avant d’être rattrapé. Un des leurs armé de machette s’était présenté à lui. Le malfaiteur qui ne voulait pas se tromper de cible, lui demanda alors si c’était bien lui Guy Marius Sagna. Une question à laquelle, il avait répondu par l’affirmatif. Mais à peine qu’il finissait de donner son identité que d’autres nervis armés de pistolet surgissaient et l’arrosaient de coups de machette. Guy prend ses jambes à son coup pour se réfugier dans une maison d’à côté après avoir reçu quelques coups de machette. N’eût été l’intervention rapide du commandant du corps urbain de la police, le pire allait se produire. Sentant l’étau se resserrer autour d’eux avec la présence du limier, les nervis avaient disparu avec la moto et le sac de la victime. Cette dernière avait été acheminée au commissariat pour y passer la nuit. La plainte déposée auprès des limiers du commissariat pour plus de lumière sur cette affaire venait d’être diligentée après la chute du régime libéral. D’ailleurs Mamadou Bâ s’était terré tranquillement à côté de son « papa » et mentor Khouraichi Thiam à Dakar.

Il avait cueilli à son retour puis conduit dans les locaux de la police, le SG de l’UJTL a été déféré au parquet puis placé de dépôt. S’exprimant sur le déroulement des faits, le prévenu trop bavard s’était rebiffé en niant catégoriquement les faits. Mamadou Bâ avancera n’avoir jamais agressé ni volé au coordonnateur du M23. Les dénégations de Mamadou Bâ n’ont pas eu écho favorable auprès du parquet. Selon le procureur Mamadou Saidou Diao, « le prévenu est un délinquant qui mérite d’être mis hors d’état de nuire ». Pour lui, « le SG de l’UJTL a fait preuve d’acte de vandalisme qui frise un défi à l’autorité ». Le procureur l’avait reconnu coupable des délits qui lui sont reprochés et avait requis à 5 ans ferme à son encontre. Après en avoir délibéré ce mercredi 11 juillet, le tribunal l’a reconnu coupable et l’a condamné à 6 mois ferme et d’une amende 2,5 millions de FCFA qu’il devra allouer à la partie civile. Il a en outre fixé la contrainte par corps au maximum


 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils