PLUS DE 1000 PARCELLES SE PERDENT DANS L’ESPACE COMMUNAL DE BAKEL : 50 millions versés par les attributaires disparaissent

PLUS DE 1000 PARCELLES SE PERDENT DANS L’ESPACE COMMUNAL DE BAKEL : 50 millions versés par les attributaires disparaissent

Les attributaires des parcelles du lotissement du quartier Yaguiné 2 Extension de Bakel n’arrivent toujours pas à entrer en possession effective de leurs parcelles pour lesquelles ils avaient pourtant versé à la Perception de la ville, au titre de frais de bornage donnant droit d’acquisition, un montant de 50.000 francs pour chaque parcelle attribuée. Avec l’impertinence des réponses jusque là apportées par les différents responsables impliqués dans la gestion et l’attribution desdites parcelles, tout porte à croire que l’affrontement devient de plus en plus inévitable entre les populations attributaires de ces nouvelles parcelles, les autorités communales et départementales, la perception municipale et le technicien départemental de l’habitat.

Etalant ses six (6) quartiers traditionnels (Yaguiné, Modinkané, Ndiayga, Bakel-Coura, Montagne et Guidimpalle), la panoramique vieille ville de Bakel a été fondée au 17ème siècle, par le clan des Ndiaye venu du Djolof, sur un relief bigarré et très contrasté, où des habitations juchées sur des montagnes dominent et surplombent celles des quartiers des terres basses de la ville. A ce jour, on y trouve encore des vestiges de l’administration coloniale, notamment de vieilles tours, le pavillon René Caillé de la Montagne Centrale et le Fort de Bakel, abritant jadis la préfecture, aujourd’hui abandonnée pour vétusté. C’est peut-être cela qui fait le charme attirant de Bakel, mais non pas son climat caniculaire et légendaire qui dure de mars à juillet. Avec le fleuve Sénégal qui ceinture la ville à l’Est et le chapelet collinaire sur l’axe Sud-ouest, l’extension de la ville de Bakel n’était envisageable que du côté Nord. C’est ainsi que le quartier des HLM est créé, bien avant celui de Darou Salam. Mais c’est au début des années 80 que la commune de Bakel se décide véritablement à engager la ville dans une dynamique d’extension vers le nord, sur l’axe Bakel-Tuabou, sur un site de plusieurs hectares (combien ?) identifié et lôtissé, puis rattaché au quartier Yaguiné pour prendre le nom générique de ‘’Quartier Yaguiné 2 Extension’’. Près d’un millier de parcelles d’habitation sont bornées et mises à la disposition des populations contre le versement de 50 000 francs à la perception de Bakel, au titre des frais de bornage et donnant droit d’acquisition d’une parcelle.

Et ainsi, plus de 1000 parcelles ont été légalement attribuées, mais, dira le chef du Service départemental de l’urbanisme, « de 1984, date de bornage de ces parcelles, à ce jour, ces attributions ne sont pas effectives parce que les attributaires ne disposent toujours pas de leurs parcelles, faute de pouvoir les localiser et les identifier sur le site ». Mais où sont ces parcelles et que sont-elles devenues ? « Après avoir été notifié qu’en sa session du 28 Août 2008, la Commission Régionale d’attribution de parcelles m’avait attribué une parcelle au lotissement de Yaguiné 2 Extension, se désole une attributaire très remontée, une attestation d’attribution m’a été délivré par la mairie de Bakel, après un versement à la perception, de 50 000 francs au titre de frais de bornage. Mais voilà 4 ans déjà que je remue ciel et terre pour disposer de ma parcelle et la mettre en valeur, mais impossible de me la localiser, avec l’argument qu’on a enlevé les bornes et je ne suis pas seule dans ce cas et la grogne gagne tous les attributaires ». Relevant du Domaine national, le site du lotissement de Yaguiné 2 Extension est une propriété exclusive de la commune de Bakel. C’est pourquoi, dira M. Abdourahmane Ba dit Zapata, secrétaire municipal de la mairie de Bakel, « à notre arrivée en 2009, avec la disparition de toutes les bornes, nous avons fait un effort financier de plus de 3 millions pour reborner plus de 500 parcelles, car les attributions des parcelles dans les sites d’extension de la commune de Bakel sont antérieures à notre législature. Dans ce procès verbal (PV) de 2002, il y a eu 769 parcelles bornées et attribuées dans le site de ce nouveau Quartier de Yaguiné 2 Extension, mais il va falloir encore tout reborner ». Mais qu’est ce qui explique ce bornage-rebornage des sites d’habitation où des populations se trouvant dans la nécessité d’un habitat ont formulé leurs demandes d’acquisition ? La raison est très simple, dira M. Ba. « Vous savez que le site, qui relève aujourd’hui du Domaine national, était composé de terrains de cultures dont la plupart appartenaient à des familles maraboutiques qui reviennent chaque hivernage cultiver. C’est eux qui dessouche les bornes qui avaient bel et bien été faites ».

 L'Office

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils