POINT DE VUE DU PROFESSEUR YAYA SY : RETIREZ VOTRE CANDIDATURE M. LE PRESIDENT !

POINT DE VUE DU PROFESSEUR YAYA SY : RETIREZ VOTRE CANDIDATURE M. LE PRESIDENT !

                                            RETIREZ VOTRE CANDIDATURE M. LE PRESIDENT

                                                                                POINT DE VUE

                                                                 Par Yaya SY, Anthropologue

A n’en point douter, notre pays traverse une période critique de son histoire. C’est  pourquoi il m’incombe, comme il incombe à chaque Sénégalais et à chaque Sénégalaise de prendre position en donnant son point de vue sans peur, sans haine, sans esprit partisan et en toute sérénité. Mais prendre position par rapport à quoi ?

Ce qui est en jeu, c’est notre volonté de vivre ensemble  dans la paix, la justice, le progrès, l’épanouissement culturel et humain dans un environnement protégé.

Il  est vrai que le département de Bakel d’où je suis originaire est hors du jeu national des politiciens « professionnels » tant au niveau national que local depuis maintenant 52 ans, mais c’est une raison supplémentaire pour que ses populations s’investissent dans ce combat pour le respect des institutions et leur traduction dans l’ensemble du territoire national en termes de liberté, de justice, d’égalité et de dignité pour tous. C’est pourquoi ce message est fermement ancré à l’échelle nationale et africaine.

Cette crise d’interprétation de la constitution à laquelle nous sommes aujourd’hui  confrontés, est en réalité une crise de « déficit démocratique » qui risque de saper les bases fragiles de nos institutions.

Cependant si la crise est inévitable dans l’évolution de toute chose dans la nature et de toute société, elle débouche immanquablement sur un  état qualitatif différent, disons pour simplifier selon  les catégories de l’entendement humain, un état «meilleur»  ou « détérioré ».

Œuvrons donc tous afin que cette crise que connaît notre pays soit maîtrisée et que nous nous en tirions avec le minimum de dégâts pour la construction de notre avenir commun de peuple et de Nation. Tel est l’objectif visé ici.

Mais pour bien comprendre l’essence de notre crise institutionnelle, il faut faire un bref rappel de quelques facteurs explicatifs qui sont  à l’origine des crises récurrentes en Afrique. Tout d’abord, depuis plus de 50 ans que la plupart des pays  africains ont accédé à la souveraineté nominale, les peuples ont toujours été sevrés de leurs droits élémentaires de choisir leurs propres dirigeants, c’est-à-dire de placer à la tête de leurs nations, les plus dignes fils et filles de leurs terroirs. Le pouvoir a toujours été confisqué par une partie des élites inféodées aux intérêts étrangers représentés par les multinationales des anciennes puissances coloniales. 

Ensemble, ces élites vassalisées  et les puissances étrangères ont façonné des institutions sur mesure pour des présidents inamovibles. Ces institutions ne sont par conséquent nullement calquées sur les modèles des anciennes puissances colonisatrices contrairement à ce qui se dit fréquemment.  Elles dissimulent, en plus des défauts de la démocratie représentative classique, des germes de dictature et de stabilité antidémocratique sans compter les clauses secrètes et les vices cachés au commun des mortels, en particulier dans le domaine de la coopération militaire.

L’Afrique étant le seul continent au monde où l’on apprend à lire et à écrire dans des langues étrangères, cette école extravertie expulse l’homme de son environnement naturel, social  et culturel dès la maternelle pour l’engloutir dans des univers culturels dominants où il sera étranger à lui-même pour la vie. Ainsi, l’éducation, la santé, la production locale sont en détresse permanente, et l’homme africain, tenu par la tête, reste étranger à sa propre culture, plus grave encore, il  devient le premier vecteur de sa propre aliénation.

Au niveau de la gouvernance, le chef de l’Etat accapare et contrôle les trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire). Ici en Afrique, leur séparation, leur indépendance et leur complémentarité ne sont que des mots creux.  Le « tripatouillage » de la constitution est la norme. Il n’existe point d’autres contre-pouvoirs à travers l’opposition politique, les syndicats et a fortiori de la société civile, le maillon faible de toutes les sociétés africaines.

Le Président dont le parti s’agglomère autour de lui, de sa famille, de son clan (voire pour certains pays, de son ethnie ou de ses coreligionnaires), répand chez les élites un goût prononcé pour les génuflexions, les courbettes, l’argent facile qui ne se gagne pas à la sueur du front et dans la dignité. Alors la gabegie, la corruption, le mensonge, la prostitution et l’indignité gangrènent le système et la société tout entière.

En ce qui concerne le Président Wade, il n’a certes jamais caché ses options libérales. Mais l’échec du « socialisme africain » de Senghor mérite réflexion. En effet, c’est en s’opposant à ce projet  senghorien  aux contours philosophiques mal circonscrits, aux résultats socio-économiques peu probants et  qui de surcroît, a forgé une nomenklatura  à la carapace impénétrable aux doléances populaires, que Wade s’est forgé son destin d’opposant crédible.

Au niveau institutionnel, après les  élections présidentielles de  2000, dès le 27 janvier  2001, sous l’impulsion de Wade, les Sénégalais par référendum réduisent le mandant du Président de sept à cinq ans. Le Sénat est supprimé.

En 2008 un an après  sa réélection, on revient à la case de départ, Wade remet à sept ans la durée du mandat présidentiel qui n’est désormais renouvelable qu’une seule fois (article 27 de la Constitution). Il rétablit le Sénat et le Conseil Economique et Social. Il reste cependant seul, dans tous les cas, à même de  nommer les cinq membres du Conseil constitutionnel  ainsi que ceux de la Cour de Justice du pays.

Depuis le début de son second mandat, le Président  Wade n’a cessé de pencher de plus en plus vers la dévolution monarchique et de  lorgner vers la République Démocratique du Congo et le Togo afin de préparer son fils à sa succession à l’instar des présidents-héritiers de ces deux pays…

Mais depuis l’expérience gabonaise de passation de témoin suite à la mort de Bongo père à son fils en 2009 par le scrutin présidentiel à un tour, Wade n’a plus d’yeux que pour ce modèle qu’il rêve de léguer à Karim. Cependant, même s’il procéda à de multiples et imperceptibles retouches de la constitution, les Sénégalais  n’arrêtèrent son bras que quand il décida de changer les règles fixées par la loi fondamentale dans le mode d’élection du Président de la République  le 23 juin 2011 à quelques mois des échéances électorales de février 2012. En voulant instaurer  « le ticket présidentiel », Wade voulait faire mieux qu’au Gabon : inventer un scrutin à un tour avec un ticket permettant le passage de témoin en douceur du président au vice-président dans un avenir dépendant de la volonté du seul président.

Aujourd’hui  encore, ce n’est pas tant la décision du Conseil Constitutionnel de valider sa candidature, que l’interprétation de la constitution par la population et la lecture personnalisée qu’en fait le Chef de l’Etat, qui divisent les Sénégalais.  Même si selon la presse, les juges de la Cour Constitutionnelle ont récemment accepté des cadeaux douteux de la part du Président, ce sont d’abord sa personnalité et ses déclarations ambiguës qui ont le plus alimenté et contribué à amplifier cette interprétation divergente et dangereuse de la constitution.  Cette interprétation éclatée est devenue la principale pomme de discorde entre Sénégalais.

Certes, par ailleurs le pouvoir de Wade depuis 2001 est émaillé de violences, voire de morts suspectes non élucidées selon les organisations internationales des droits humains. Mais c’est surtout  la lecture personnelle que le  Président  fait de la loi fondamentale, son âge, et le favoritisme qu’on lui prête volontiers  au bénéfice de son fils qui ternissent son image de démocrate et entament son crédit d’opposant historique africain. En agissant de la sorte, il brouille les cartes pour une lecture apaisée de la Constitution par les Sénégalais.

Un autre trait de caractère du Président sortant lui a déjà certes rendu service de par le passé, mais peut tout aussi bien desservir le peuple sénégalais que  lui-même aujourd’hui, il s’agit de son entêtement légendaire. C’est cette qualité/défaut qui fait que son parcours est peut-être entaché de ces morts non élucidées dont l’accuse l’opposition également. Ce trait de caractère renforce paradoxalement l’idée dont on l’accable actuellement sur la Toile en affirmant qu’ « il est prêt à marcher sur des cadavres pour sortir de son palais » ; tout le contraire de sa devise déclamée quand il était jadis l’opposant modèle : « Je  ne marcherai pas sur des cadavres pour aller au palais présidentiel ».

Mais les cadavres dénombrés lors des  manifestations légales où l’opposition, une bonne partie de l’opinion et de la société civile réclament son départ, sont-ils les mêmes que les « morts ordinaires de l’ombre» ?  Pour la Justice, il n’y a aucun doute, sauf que les premiers sont des tisons, peut-être les premiers martyrs de sa présidence.

Dès lors, M. le Président de la République, vous devez  vous ressaisir avant que les choses ne s’aggravent encore plus,  vous pouvez retirer dignement votre candidature car il n’est pas encore trop tard.

Laissons de côté nos dissensions à propos de l’interprétation de l’article 27 de la Constitution.  A quatre-vingt-six ans, on ne s’engage pas dans une aventure de sept ans où il s’agira  de veiller sur l’avenir  d’un peuple de plus de douze millions d’âmes dans un contexte de crise larvée du capitalisme à l’échelle planétaire.

C’est pourquoi  je vous convie et invite tous les Sénégalais à œuvrer pour la paix, le respect de nos institutions et de la vie des hommes et des femmes  de notre pays. 

Alors, M. Le Président, déterminez-vous par rapport à la vie, à la grandeur et aux intérêts supérieurs de votre peuple qui sont au-dessus de tout, de tous et de toutes.

 RETIREZ VOTRE CANDIDATURE M. LE PRESIDENT

 

Pr. Yaya SY (originaire de Bakel), Anthropologue                      

 

.                                   

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils