Horreur à Tambacounda : Un homme surpris en train de vendre de la viande de chien

Horreur à Tambacounda : Un homme surpris en train de vendre de la viande de chien

La capitale orientale en est tout retournée. Ce samedi un fait divers qui, en cette fraicheur, a secoué cœurs et estomacs. Les hommes du commissaire divisionnaire Bassamba Camara de la police de Tambacounda ont mis fin aux activités délictuelles de Hamidou Ndiaye alis Thier qui tentait d’écouler de la viande de chiens dans marché. Arrêté aux abords de la gare routière avec du foie de chien, son domicile a été perquisitionné et des carcasses de chiens et une chienne sur le point d’être dépêché y ont été découverts.

Un vent glacial souffle sur toute l’étendue du territoire communal en ce samedi 21 janvier 2012, par un coup de téléphone insolite. Il est 10 heures du matin, les hommes du Commissaire Divisionnaire Bassamba Camara de la police de Tambacounda reçoivent un appel. Au bout du fil, un individu désirant garder l’anonymat. «Un jeune chauffeur détient de la viande de chien pour probablement… l’écouler sur le marché». Pour y voir clair, le Divisionnaire lâche ses hommes. L’enquête préliminaire est sur les rails. A leur arrivée, la scène semble ordinaire. Les habitants du quartier Camp Navétanes, sont attroupés autour du jeune chauffeur Hamidou Ndiaye alias Thier né le 20 avril 1980 et bien connu de l’identité judiciaire pour vol. Les limiers n’en reviennent pas. Le sac que tenait Thier aux alentours de la gare routière contenait bel et bien de la viande de chiens ! Les questions-réponses s’enchaînent. Les premières déclarations de Thier étonnent encore plus. «J’ai acheté les chiens que j’ai moi-même abattu pour les manger et les vendre ».

Après les aveux, le Commandant du Corps urbain Hamidou Mané et l’Inspecteur de police Ousmane Faye se sont déplacés sur les lieux du crime. Une maison située à Kalbora. Sur place, le décor a secoué cœurs et estomacs.  Des carcasses de chiens composées de côtelettes, foie, des têtes et pieds, des peaux étalées à même le sol et une chienne de couleur chocolat qui venait juste d’être abattue par Thier y ont été découvert dans la maison de Thier.  Ce dernier finit par avouer ses actes. «L’aveu est la reine des preuves», consacre un principe de droit. Il explique ainsi comment il ligotait ces pauvres animaux avant de les exécuter. Il utilisait, selon ses propres dires «des couteaux pour égorger les pauvres cabots. Les peaux et boyaux étaient étalés à même le sol». D’ailleurs, les armes du crime ont été découvertes, lors des perquisitions, dans sa chambre. Dans cette histoire scabreuse, des témoins affirme devant les limiers «avoir vu à plusieurs reprises le malfrat, en compagnie de chiens, qui se dirigeait vers cette  maison qui appartient à sa maman. «Il y en avait plusieurs chiens dans notre quartier. Mais leur nombre diminuait chaque jour», rapporte les témoins interrogés. Aussitôt informés, les membres de sa famille débarquent sur les lieux pour déclarer que Hamidou Ndiaye ne jouit pas de toutes ses facultés mentales depuis son élargissement de prison. Des déclarations qui n’ont pas convaincus les limiers qui l’ont jeté dans leur panier à salades. Hamidou Ndiaye alias Thier est présentement écroué et l’enquête suit cours au moment les commentaires vont bon train.

Pape Ousseynou Diallo / Tambacounda.info /

Source : http://www.tambacounda.info/societe/faits-divers/6525-horreur-a-tambacoundan-un-homme-surpris-en-train-decouler-de-la-viande-de-chien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils