[Contribution] – Assassinat de Khadafi : faut-il dissoudre l’Union Africaine ?

[Contribution] – Assassinat de Khadafi : faut-il dissoudre l’Union Africaine ?

L’Afrique: berceau de l’humanité fait encore l’actualité. Comme d’habitude, de façon honteuse. Alors que près de 15 millions de personnes meurent de faim dans la Corne de l’Afrique, à cause d’une rude sécheresse, un chef d’Etat africain et panafricaniste vient d’être sauvagement assassiné. Ses bourreaux : les puissances Occidentales. Je ne suis pas un kadhafiste mais, reste fier d’être, comme lui, un défenseur du temple africain.

Aucun dirigeant Africain encore [moins] l’Union Africaine n’a osé lever le petit doigt pour condamner cette barbarie d’une autre époque. Ce vendredi matin, au bureau devant mon ordinateur, des images horribles du corps de Kadhafi défilent sur Internet. Le cœur meurtri, la douleur m’étreint. Une bousculade d’interrogation dans ma tête. Les Africains sont-ils les damnés du monde ? 

Le droit à la «démocratie» vaille-t-il mieux que le droit à la vie? D’ailleurs, restons un temps soit peu, avec ce terme «démocratie» tiré du dictionnaire moderne de l’hypocrisie intellectuelle. Oui, il s’agit bien de ça.

Au mois janvier dernier, quelques jours après le 3ème Festival mondial des arts nègres, je disais dans une de mes contributions que l’Afrique a été spoliée, pendant des siècles, à la faveur de pratiques barbares comme l’esclavage et la colonisation. Le mépris culturel a engendré le pillage de ses ressources inestimables. L’Occident a construit un argumentaire pour asseoir les fondements idéologiques de la domination : une mission messianique pour civiliser des peuples paresseux, sauvages, peu enclins à la créativité et pas du tout ouverts à la marche de l’horloge émancipatrice du monde.

Aujourd’hui encore, le même Occident, au nom de «sa démocratie», assassine et pille pour maintenir l’Afrique et les Africains au fond du puits de la pauvreté où la seule voie de sortie reste, sans nul doute, la mendicité. La seule démocratie qui vaille en Afrique, aujourd’hui, c’est incontestablement, la démocratie de l’émergence.

Or, Mouammar Kadhafi (qu’Allah ait pitié à son âme) a réussi à construire une démocratie basée sur la stabilité et la gratuité des besoins primaires aux libyens : accès au logement décent, éducation, santé… sans oublier des infrastructures modernes indispensables pour le mieux-être des populations.

En Libye, personne ne meurt de faim, de paludisme, d’inondations… La Libye, sous l’ère Kadhafi, ignore les coupures intempestives de l’électricité, le chômage chronique des jeunes, la misère du monde rural, l’insécurité. Au-delà de la Libye, combien sont-ils ces opposants, chefs d’Etat Africains et Européens qui ont bénéficié des largesses de Kadhafi : le dictateur, tirant…?

L’organisation d’élections truquées ou transparentes et la «liberté d’expression» pour ne pas dire le verbiage inutile suffisent-ils pour qualifier un dirigeant de démocrate ? Que dire des crimes économiques, de la corruption, de l’analphabétisme ? Que dire de cette gouvernance basée sur le mensonge, la tromperie et la ruse ? Parfois, j’ai vraiment honte d’être africain. Et sans farce ! La preuve, on ne voit certaines ignominies qu’en Afrique.

Faut-il rappeler que depuis les temps immémoriaux, les Africains ont construit leur propre démocratie sur le respect des anciens, la concertation, la loyauté et, surtout, la compréhension mutuelle. L’on pouvait contester la décision de l’autorité avec courtoisie, respect et civilité, contrairement à la violence verbale, au vandalisme et à l’indiscipline qui sont des contre-valeurs importées.

Peut-on parler de démocratie sans justice sociale, équité, discipline et fraternité. Au nom de leur «démocratie», basée sur le terrorisme intellectuel, l’arrogance et la vanité, l’Occident divise voire manipule les peuples africains en créant partout le chaos. Au même moment, il rapatrie leurs ressortissants lorsque le pays s’embrase pour postuler, quelques jours après, aux appels d’offres visant à reconstruire une Nation en ruines. Aujourd’hui, des entreprises européennes et Américaines vont se partager un pactole de plus de 100 000 milliards F Cfa en Libye. Sans oublier leur mainmise totale sur les richesses pétrolières du peuple libyen. Dites moi, c’est ça la démocratie ?

Au nom du caractère universel des droits de l’homme, qu’il me soit permis de poser cette même question au peuple de la Palestine ? Pour terminer, la question que je me pose est la suivante : l’Union Africaine a-t-elle sa raison d’exister ? Ce machin, c’est-à-dire, ce syndicat fantôme des Chefs d’Etat a perdu toute sa crédibilité et du coup, toute sa légitimé. Etant incapable de défense le droit à la vie (un droit sacré) d’un Africain fut-il un dictateur, face aux envahisseurs, l’Union Africaine doit disparaître. A l’image de tous ces Africains, épris de justice, je réclame sa dissolution. Avec cet assassinat de Kadhafi, au delà de la Jamahiriya, c’est l’Afrique qui perd son visage voire sa dignité.

Par Maké Dangnokho – journaliste 

Source :  ici 

 

.

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils