Diawara: Boye Farota tisse inlassablement son filet qu’il ne lâche que pour dormir

Diawara: Boye Farota tisse inlassablement son filet qu’il ne lâche que pour dormir

Issa Bosso Farota, un grand patron pêcheur à Diawara 
On ne doit pas s’arrêter aux clichés qui présentent ce métier comme très dur physiquement, dangereux, ou encore qui brossent le tableau d’un secteur économiquement fragile. Il offre aux passionnés des emplois aux salaires très attractifs. Mais aujourd’hui, ce métier ne fait plus l’affaire de certaines personnes compte tenu des circonstances. Dans la commune de Diawara, avec ce métier, Issa Bosso Farota, sombre dans l’amertume. Beaucoup de facteurs l’expliquent «  la construction du barrage de Manantaly, la pollution de l’eau ont tout foutu en l’air » se désole-t-il.

Si le métier de pêcheur se transmet souvent de père en fils, c’est, dit-on, une réalité qui tend à disparaitre. Ainsi Issa Bosso Farota, le chef des pêcheurs de la commune de Diawara dans le département de Bakel, région de Tambacounda, est-il venu à la pêche d’abord par passion de la mer. «Je ne suis pas d’un milieu pêcheur, mes parents sont cultivateurs. Ils auraient pu légitimement nourrir d’autres ambitions pour moi. Heureusement, ils étaient ouverts et ils m’ont laissé choisir», explique cet homme que nous avions rencontré dans son fief, un filet à la main et tout sourire dehors.

Né en 1954 à Diawara, marié à deux épouses et père de trois enfants, Issa Bosso Farota s’essaie à diverses techniques dans son métier qu’il a embrassé vers 1977 en Casamance avec la pêche aux crevettes, après n’avoir passé que le temps d’une rose à l’école, jusqu’en classe de CM1. Dans cette région riche en ressources naturelles, il s’était fait une santé financière. «Toutes les conditions étaient réunies. Il ne manquait rien de ce que l’on cherchait » nous confie Farota. Loin de sa famille natale, et pour avoir gagné pleinement sa vie après cinq années passées en Casamance, Issa Bosso Farota décide de rentrer au bercail en 1982.

Un patron pêcheur heureux

Tambacounda

Posté   le 22 Jan 2008   par   doudou

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils