ASSURER LES TROIS REPAS QUOTIDIENS : un luxe perdu par beaucoup de Sénégalais

ASSURER LES TROIS REPAS QUOTIDIENS : un luxe perdu par beaucoup de Sénégalais

Le contexte de pauvreté rendu plus âpre par la volatilité des prix des denrées de première nécessité, fait que assurer les trois repas quotidiens est devenu un luxe pour bon nombre de ménages. Ainsi, les aliments de toutes sortes vendus dans la rue, deviennent ce par quoi les populations luttent contre la faim.

C’est aujourd’hui qu’est célébrée la journée mondiale de l’alimentation.Le Sénégal qui n’entend pas être en reste, va marquer l’événement à travers des échanges autour du thème, «Les prix des denrées alimentaires, de la crise à la stabilité». Et un accent particulier va être mis sur la volatilité locale et internationale des prix et les stratégies à mettre en oeuvre pour les atténuer.
Un prétexte saisi par le Pop pour jeter un regard sur le problème auquel sont confrontés de nombreux Sénégalais, manger correctement. En fait, assurer les trois repas quotidiens est devenu même un luxe pour de nombreux Sénégalais. Une situation qui a été largement confirmée il y a quelques jours par l’Ong ActionAid. Elle montrait à travers une étude, que non seulement plus du quart de la population sénégalaise ne mange pas correctement, mais plus grave il est sous-alimenté. «Le Sénégal avec une population de 11,8 millions d’habitants, 25 % de la population sont sous-alimentés», dit l’étude. 

Un tour à la Médina nous a permis d’en faire le constat. Un des quartiers les plus populaires de la capitale, Médina reste très animé en ce début d’après midi. À tous les coins de rue des groupes de personnes discutent. Les enfants jouent, soit à la lutte ou au football. Devant une maison, envahie par des eaux usées, Mame Marie Guèye, une mère de famille s’affaire à enlever les petites pierres et autres déchets qui se trouvent dans le riz. «Actuellement tout est cher sur le marché. Les prix du poisson et de la viande ont augmenté sans compter les légumes», lance -t-elle. Assurer les trois repas, elle avoue ne plus connaître ce luxe. «Ce qui est plus important chez moi, c’est le repas de midi. Le matin, chacun se débrouille, j’achète pour les enfants du pain niébé. Le soir, on achète de la bouillie. Mon mari ne travaille pas, il jongle en faisant de petits commerces». 

 

 

 

 

          CLIQUEZ SUR L’IMAGE

 

 

 

 

 

Garder, une partie du déjeuner jusqu’au dîner, c’est ce qui se fait chez Aïssata Bâ habitant le même quartier. «Depuis des années, les trois repas quotidiens ne sont plus respectés chez moi. Quand je prépare le déjeuner, on garde une partie pour le dîner». Mieux dit-elle, «le petit-déjeuner c’est de la bouillie pour les enfants. Les plus grands se débrouillent. C’est une vraie vie de débrouillard qu’on mène».
Confortant ses propos, sa voisine Marème Tall ajoute: «c’est la même chose que je vis avec ma famille. Le soir, je donne à mes enfants 100 francs pour qu’ils achètent du pain niébé». 

Ne se limitant pas au constat, le vieux Pa Ndiaye accuse le gouvernement d’être le responsable de toute cette situation. Assis devant la maison, un journal à la main, il martèle : «depuis qu’Abdoulaye Wade est venu au pouvoir, tout a augmenté. Le loyer, les médicaments, l’eau, l’électricité et les denrées de première nécessité. On peine à trouver la dépense quotidienne. C’est pourquoi on ne consomme que du  »ceebu ketiax » et de la bouillie». Sa femme de lancer pour sa part: «On ne mange plus de façon équilibrée. Si on réussit à préparer le déjeuner, on ne compte pas avoir le dîner ou le petit-déjeuner. Sur le marché, tous les prix ont doublé».
Interpellant le gouvernement sur la pauvreté qui prend de plus en plus de proportions, elle dit: «l’Etat doit nous aider en diminuant les prix des denrées et créer des emplois pour nos enfants. On vit très mal».  

 

1 Comment

  1. Avatar
    SOUAIBOU KOITA octobre 16, 2011

    Bonjour, Le Président WADE a dit que grâce à son système, il a rendu beaucoup de Sénégalais riches. Où sont ces riches du régime Wade ?
    Abdoulaye Baldé, Karim Wade, Modou Diagne Fada, Madické Niang, Pape Samb Mboup, Farba Senghor, oui eux ils sont riches.
    Combien de millions de sénégalais sont devenus pauvres à cause de son régime. Comment de pères de Familles ne peuvent plus faire face à assurere les 3 repas par jour.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils