Tambacounda : Des députés sur le terrain pour contrôler et évaluer l’action sanitaire de l’Etat

Tambacounda : Des députés sur le terrain pour contrôler et évaluer l’action sanitaire de l’Etat

La commission Santé, Affaires sociales de l’Assemblée nationale sillonne, depuis samedi, la région orientale du pays pour une mission de contrôle et d’évaluation des actions de l’Etat dans le domaine de la santé.

La commission a visité, dans un premier temps, la région médicale de Tambacounda, la case de santé de Boynguel, le poste de santé de Kidira, le poste de santé de Diawara et le centre de santé de Bakel. ‘’Le président de l’Assemblée nationale Mamadou Seck nous a demandé de consacrer nos vacances parlementaires à des visites auprès des populations, pour contrôler et évaluer l’action de l’Etat sur le terrain’’, a expliqué le président de la Commission Oumar Ndoye, qui conduit une délégation composée de députés.

Les autres membres de la délégation sont les députés Issaga Ly (Podor), Khadidiatou Sy (Goudiry), Moussa Diao (Kolda), Mamadou Sadio (Goudomp), Mamadou Diallo (Kidira) et Madiop Bitèye (Darou Mousty).

 Pour la commission, l’objectif de la mission est de ‘’s’informer des conditions de fonctionnement et de management des structures publiques sanitaires et sociales’’, indique un document de présentation dont l’APS a obtenu copie. Il s’agit aussi de ‘’s’imprégner des difficultés rencontrées par les références et les évacuations des patients à partir des structures de santé communautaires (case de santé) vers les structures publiques de niveau supérieur’’.Les membres de la délégation ont entamé leur tournée par une rencontre avec le gouverneur de la région de Tambacounda, Léopold Wade, qui s’est réjoui de la visite des parlementaires, en insistant sur la ‘’spécificité’’ de Tambacounda.

Après le découpage administratif faisant de Kédougou une région, le fonds de dotation du Conseil régional pour le Centre hospitalier régional a été divisé en deux, causant, en 2010, une longue grève du personnel de santé.

Le médecin-chef de la région médicale, Adrien Sonko a, lui, insisté sur ‘’l’insuffisance de l’accès et de la qualité des soins’’. Il a signalé, dans sa présentation de la situation sanitaire de la région, les contraintes naturelles, infrastructurelles et socioéconomiques.

‘’Cette région doit être traitée de manière particulière même si nous reconnaissons que le ministère de la Santé est le plus en avance sur les autres départements. Les tâches sont immenses et les moyens faibles’’, a indiqué le Dr Sonko qui a insisté sur les questions de financement, d’amélioration de la formation des populations, entre autres.

Les députés cherchent à identifier les contraintes et les difficultés susceptibles de compromettre les efforts de bonne gouvernance politique et à s’assurer de la pertinence et de l’efficacité des projets et programmes pour lesquels l’Assemblée nationale a voté des crédits ou en a entériné le financement par les partenaires au développement.

APS
ADC/ADI

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils