Diawara : une commune dans un climat de terreur permanent

Diawara : une commune dans un climat de terreur permanent

 Quand l’injustice se conjugue avec la terreur permanente

 Depuis quelques mois, la ville de Diawara semble plongée dans un climat de terreur sociale qui semble se prolonger. Après l’incarcération arbitraire des huit notables conseillers du chef coutumier de Diawara par le maire de la ville au mois de mars dernier, une autre affaire fait l’actualité dans cette ville de 15 mille âmes.

Cela fait maintenant plusieurs mois que les habitants de Diawara sont confrontés à un problème d’impôts sur les habitations et sur les ordures ménagères. Un agent du trésor de Bakel, accompagné d’un gendarme et d’un agent de la mairie de Diawara, a distribué à certaines familles des bons d’impôts comprenant deux types  de taxes à payer : le foncier bâti (FB) et la taxe sur les ordures ménagères (TOM).

La population, surprise par cette nouvelle lourde charge (qui va de 20 000 fcfa pour certains, à plus d’un million pour d’autres), s’est réunie à la place du village pour examiner la situation. À la suite de cette rencontre, une délégation a été dépêchée auprès du maire pour en savoir plus, mais à la surprise générale, ce dernier dit ignorer l’origine de ces impôts. Le préfet de Bakel, qui a également reçu ladite  délégation,  à son tour, servit la même réponse.  Mais alors d’où viennent ces impôts ? Où se situe la vérité ? Comment le maire peut ne pas être au courant alors que son agent accompagnait l’agent du trésor et le gendarme ? Il est inutile de souligner que personne ne croît à pareille affirmation que servent les autorités.

Dans la tête de la population, plusieurs questions restent sans réponse. D’où viennent ces impôts et qui en fixe le taux et sur quelle base le calcul est-il fait ? Pourquoi ces impôts ne concernent que Diawara uniquement ? Pourtant  Bakel et Kidira qui sont des communes comme Diawara, il en est de même pour d’autres localités voisines : Gandé, Galladé,  Moudéry, Yélingara, Manaël et Tuabou  qui n’ont rien reçu également. Pourquoi toutes les maisons de Diawara ne sont pas concernées (certaines l’ont reçu et d’autres non) ? Pourquoi certaines maisons de grandes valeurs doivent payer moins que des maisons de moindre valeur ? Pourquoi des pénalités, pour retard de paiement, tombent sur des familles qui n’ont pas encore reçu un premier bon d’impôt ? Voilà des questions que les dignes habitants et enfants de Diawara se posent. Cela ressemble davantage à un gag d’amateurs qu’autre chose.

Tout citoyen sait que, lorsque cela est nécessaire, l’impôt  est une chose qu’il faut s’acquitter. Mais on paie des impôts que quand on en connaît les raisons.  À Diawara, depuis l’avènement de la mairie, rien n’a été fait de manière structurelle, bien au contraire, ce sont les immigrés qui continuent à faire des réalisations pour la population et qui continuent de développer la ville ; à l’intérieur de la ville comme à l’extérieur, des tas d’ordures s’entassent sans qu’ils soient évacués, pendant l’hivernage les axes routiers sont inondés ; point d’éclairages publics dans la totalité des quartiers. Diawara s’est développé en dehors de son statut de commune, et [il] continue de l’être grâce aux efforts colossaux des immigrés, et aujourd’hui ce sont ces pauvres immigrés qu’on veut taxer. Quelle honte !

Les populations attendent davantage des réalisations de la part du maire, en lieu et place de taxes injustes et iniques. Rien que du point de vue du droit aux yeux duquel tous les citoyens sont égaux devant la loi, ces impôts sont mort-nés, puisque la taxation est arbitraire et sélective.

Il est temps que les Soninkés se réveillent et refusent les injustices et les humiliations. Leurs  villages et villes ont longtemps subi un certain ostracisme institutionnel, oubliés et ignorés par les pouvoirs publics, ils se sentent comme des citoyens de secondes zones dans leur propre pays qui est pourtant  le Sénégal ; oui, n’en déplaise, ils ne sont pas maliens, ni mauritaniens, mais bel et bien sénégalais. Il est temps que l’Etat du Sénégal assume ses responsabilités et honore ses devoirs envers ces citoyens, avant de penser à leur imposer des impôts qui n’ont, pour l’heure, aucune raison d’être et qui sont, au jour d’aujourd’hui, le symbole d’une certaine injustice et d’un grand mépris envers eux de la part des autorités. Chez les Soninkés, l’injustice qu’ils subissent de la part de l’Etat est une évidence si familière et paraît si robuste, qu’elle semble devenue facilement naturelle à leurs yeux, alors qu’ils en sont victimes.

Au lieu de taxer de pauvres paysans, de pauvres commerçants qui tiennent des boutiques, ils feraient mieux de leurs construire des routes bitumées, des centres de santé, ensuite la question des impôts se posera de manière très légitime, mais pour l’heure, comme une seule voix, l’ensemble des habitants de Diawara refuse de payer un centime de taxe (appelée aussi « taxe de la honte »). Et pour se faire entendre, ce samedi 18 juin, toute la population de Diawara a décidé de sortir pour marcher contre la « taxe de la honte », elle marchera comme les dignes enfants de Sangalkam, et d’une seule voix, d’un seul corps et d’un seul esprit, ils sont prêts à devenir des Malick BÂ (manifestant de Sangalkam tué d’une balle dans la tête par le commandant de gendarmerie, lors d’une marche pacifique le 30 mai 2011).

Comme l’injustice et l’arbitraire n’ont guère de limite à l’instar de la bêtise humaine, maintenant  des rumeurs circulent selon lesquelles des comptes de gens de Diawara vont être saisis parce qu’ils refusent de payer la « taxe de la honte ». C’est un comble.

« La bêtise, c’est d’être surpris », écrivait Roland Barthes. Maintenant les habitants et les ressortissants de Diawara savent désormais ce qui leur reste à faire…

Avec tout ceci (incompétence manifeste et injustice caractérisée), aujourd’hui Diawara est une commune qui ressemble à un corps gras en pleine décomposition ; on se fait une certaine idée du rance.

3 Comments

  1. Avatar
    SOUAIBOU KOITA juin 18, 2011

    Merci pour cet article très intéressant. Enfin Diawara se réveille. Nous n’avons plus de devoirs à prouver, mais des droits. C’est nous qui construissons tous nos services de Base (Ecoles, Dispensaire, Forage,…). Qu’est ce que l’Etat a fait chez nous ? Que des Mensonges. Tout Citoyen est conscient qu’il faut s’acquitter ses Impôts, mais où vont ces Taxes ? Le Sénégal est classé parmi les pays dont les dirigeants sont les plus corrompus. La corruption est à la mode au Sénégal. Cette corruption est flagrante. Avant, le Sénégal fabriquait des Cadres avec un très bon système éducatif. Les Sénégalais étaient respectés et étaient présents dans des grandes instances internationales. Maintenant avec le régime actuel, le Sénégal fabrique des Corrompus. Nous demandons purement et simplement à l’Etat de renoncer à cet Impôt injuste et inhumain pour l’équilibre de Diawara. Nous disons non à l’injustice. Diawara a toujours payé ses Impôts. Car tous les Services de Base sont construits par nos propres moyens et estimés à des centaines des millions. En attendant, où était l’Eat ? C’est nous qui demandons à l’Etat de payer ses Impôts. Nous sommes des très bons citoyens, mais ce sont nos Dirigeants qui sont des très mauvais citoyens, qui ne pensent qu’à leurs petits intérêts particuliers. Ils ne se soucient guère du sort de leurs citoyens, ni de leur avenir. Défendons l’intérêt général jusqu’au bout de nos souffles. N’ayons pas peur d’affronter la vérité, rien que de la vérité. refusons la corruption organisée par l’Etat. Exigeons que l’Etat assume à son tour ses devoirs.

  2. Avatar
    Mamadou juin 19, 2011

    ce maire est en manque d’argent et a même du mal a joindre les 2 bouts alors il veut l’argent des imigres sans qui il ne sera même pas la. Il est la depuis plus de 2 année il n’a rien fé il ne sert a rien a Diawara a part se promener dans don 4-4 même pour aller a la boutique il prend son 4-4. A part foutre la merde et manger du poulet au balcon de la mairie regarder les mousses voler.
    S’il veux l’argent il n’a que travailler car les autres ont bosser dur pour arriver a avoir de largent il rst comme ces fonctionnaires qui qui dont dans le departement et qui vivent grace a la corription et au deuournement. C’est le maire le plus retardé de la région. Il n’a qua aller voir son marabout pour qu’il lui fasse pleuvoir des billets et de l’or. Lui et les fonctionnaires corrompus n’auront pas l’argent de Diawara. Ils peuvent bouffer les crottes de chien.

    • Avatar
      K D juin 20, 2011

      svp arrêtez vos conneries le maire n’a pas volé son 4&4 ,le prési l’a donné à son nom pas en tant que maire .vs êtes jaloux ou quoi.Depuis kil n’ était pas élu maire a déjà son 4&4 OK et ses projets.qui êtes vs pour critiquer à part des bandes de copains soit disant,travaillant au nom de diawara alors qu’ils ne le font k pour le propre compte,on ne voit que les mm têtes qui ne font rien à par se narguer entre eux.et je vous dit critiquez-vs mm avant de critiquez autrui .ce que le maire a fait personne n’avait et ne le ferait pas ok.on sait que c’est à cause de l’arrestation de ces notables ,sachez que « nul n’est censé ignorer la loi » .elle est applicable à tous ,quiconque essaye de la feindre la sera puni.cé kél mamadou tu sais le maire cet argent o contraire cé lui mm ki finance de son propre grès ok et arrête de dire n’importe quoi.okiiii

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils