Chine – Afrique : comment les grands groupes chinois conquièrent des marchés

Chine – Afrique : comment les grands groupes chinois conquièrent des marchés

A l’image des équipementiers ZTE et Huawei, les groupes chinois gagnent des marchés en Afrique grâce à des solutions technologiques bon marché et avec l’appui des banques chinoises. A l’exception de la Chine, la plupart des puissances asiatiques émergentes n’ont pas développé de relations économiques fortes avec l’Afrique. Ni l’Indonésie, initiatrice de la conférence de Bandoeng de 1955, encore moins Singapour (qui a vu la naissance récente de la chambre afro-asiatique), ou la Malaisie (devenue l’un des premiers exportateurs de l’huile de palme grâce au palmier africain) n’ont développé des relations aussi fortes avec l’Afrique.

Ainsi, les équipementiers chinois ZTE et Huawei sont en train de bouleverser le secteur des télécoms en Afrique. Les deux groupes fournissent les équipements à MTN, Safaricom et Orange au détriment de Nokia et de Siemens.

Marge de progression

Les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique ont dépassé 100 milliards de dollars par an depuis 2008. La marge de progression est forte puisque la Chine ne pesait cette année là que pour 10,8% dans les importations africaines. Depuis 2004, les flux commerciaux de l’Afrique vers la Chine ont pris le pas sur les exportations chinoises vers l’Afrique. Et cela, même si, renseigne un rapport du groupe Crédit Agricole, 90% des importations chinoises venant de l’Afrique sont constituées de pétrole brut. Les exportations chinoises vers l’Afrique, elles, sortent rarement des produits manufacturiers finis.

Lignes de crédit

Bien avant de s’intéresser aux mines et au pétrole africain, la Chine a sollicité le vote du continent pour accéder à l’Onu en 1971. Les premiers investissements dans les infrastructures (chemins de fer en Tanzanie, stades olympiques, ports autonomes) étaient politiques. Depuis 2000, la présence économique chinoise est plus affirmée.

Si l’accès aux matières premières constitue la première source de motivation, la présence chinoise a tendance à évoluer vers les secteurs tertiaires. Ainsi, les équipementiers chinois ZTE et Huawei sont en train de bouleverser le secteur des télécoms en Afrique. Les deux groupes fournissent les équipements à MTN, Safaricom et Orange au détriment de Nokia et de Siemens. Ces percées sont réalisées grâce à des alliances avec certaines banques. ZTE se déploie dans ses conquêtes africaines avec une ligne de crédit de 10 milliards de dollars auprès de la China Development Bank. L’opérateur dispose aussi d’une ligne de 15 milliards auprès d’Exim Bank. Quant à Huawei, il opère avec une ligne de 30 milliards de dollars auprès d’une banque chinoise.

« Tout bénef »

En dehors des télécoms, les observateurs s’attendent à une intensification de la présence chinoise dans le domaine bancaire et dans les grands travaux d’infrastructures. Normal, avance ce consultant marocain, « ils vont prendre le contrôle des banques et participer dans la réalisation des grands ouvrages qui promettent des rendements supérieurs aux prêts bancaires. Du tout bénef en somme ».

L’acquisition, en 2008, de 20% de la Standard Bank Group, la plus grande banque africaine, par la banque chinoise ICBC ne procédait-elle pas de cette logique ? Idem pour les engagements de la Chine Exim Bank qui dépassaient 20 milliards de dollars en 2005 et qui constituent un atout décisif pour les grands groupes chinois.

Offensive minière

Ces milliards devront permettre à ces groupes de conquérir le leadership en Afrique. Dans le domaine minier, Chalco y défie Vale, Rio Tinto et BHP Biliton. L’arrivée en 2006 du consortium chinois initié par CMEC (China National Machinery and Equipment Import and Export Corporation) sur le gisement minier de Belinga (Gabon) a constitué un échec cuisant pour le brésilien Vale et la Comilog (filiale d’Eramet). Ailleurs, en Zambie, un groupe chinois, CNMC, a remporté pour 450 millions de dollars les droits d’exploitation des mines de Luanshya Copper Mines (LCM) avec une participation majoritaire aux côtés de l’Etat zambien. Cette offensive sur le cuivre zambien s’est faite au détriment de l’opérateur britannique, Enya Holdings, écarté.

 

ISMAËL AIDARA

Quelques chiffres

8 millions de barils de pétrole par jour. C’était la consommation de la Chine en 2009. L’empire du Milieu vient juste après les USA qui brûlent 19,4 millions de barils par jour.

31 km de route pour 100 km2. Ce qui place l’Afrique loin de la moyenne des pays en développement (124 km). D’où l’orientation des partenariats avec les Asiatiques vers les infrastructures de transport.

37 MW par million d’habitant en Afrique contre une moyenne 326 MW dans les autres pays pauvres.

Source : http://www.seneweb.com/news/Economie/asie-afrique-comment-les-grands-groupes-chinois-conquierent-des-marches_n_44931.html

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils