Première édition des journées culturelles de Diawara à Dakar

Première édition des journées culturelles de Diawara à Dakar

L’association des élèves et étudiants de Diawara (Aeed) a organisé la première édition des journées culturelles de leur localité à Dakar du 29 avril au 1ier mai dernier. Ce rendez vous culturel a permis aux membres de l’Aeed en face des autorités locales et autres bonnes volontés de revisiter et d’échanger sur les causes, conséquences, enjeux et difficultés qui freinent le développement de Diawara. Ils ont ensemble proposé des solutions à ces problèmes économiques, sociaux, éducatifs, sanitaire entre autres que rencontrent les 2000 habitants de Diawara.

Les journées culturelles de Diawara tenues du 29 avril au 1ier mai dernier à Dakar resteront un bon souvenir pour les fils de cette contrée du département de Bakel. Une première dans l’histoire de Diawara qui s’est Tenues du 29 avril au 1ier mai dernier. L’association des élèves et étudiants de cette commune ont réussi à organisé « les 72 heures de Diawara ». Avec un programme riche en manifestations qui appellent à l’union des habitants de Diawara. Parmi les plus marquantes, des conférences, des activités pédagogiques et des divertissements. Oustaz Lassana Barry à animé une conférence autour du thème « la jeunesse face aux tentatives de la vie ». Le conférencier a invité les jeunes à avoir la foi.

 

Une autre conférence a été animée par le premier magistrat de la commune de Diawara M. Hamidou Koita autour du thème « Diawara, une commune abandonnée a elle-même: causes, conséquences et solutions ». Ainsi l’accent est mis sur les aspects qui freinent encore le développement de cette commune où il faut rappeler que 80% des investissements en infrastructures éducatives, sanitaires, de jeunesses, socio-économiques sont les œuvres des émigrés. Des revendications ont été formulées notamment pour le renforcement du district sanitaire de Diawara qui ne compte qu’un infirmier pour tous les habitants et la réhabilitation du pont qui date de 1975

Les manifestations riches en échanges et en activités culturelles ont pris fin le dimanche 1er mai dernier sous le parrainage de l’ancien Ministre de l’intégration africaine au Sénégal, Mamadou Sarr et la chef de l’agence Cbeao de Diawara, Badiallo Sylla.

Source : Tambacounda.info

6 Comments

  1. Avatar
    SAKHO Ibrahima mai 06, 2011

    C’est une belle initiative et à renouveller sans modération. C’est certainement une erreur de frappe, mais, Diawara compte plus de 2000 habitants quand même…

  2. Avatar
    Oumar SAKHO mai 07, 2011

    Il ne faut pas confondre « journée de l’aeed » et « journée culturelle de Diawara », car comme son nom l’indique il y a tous les aspects de la culture : chants, danse, etc. Ceci est une manifestation de l’aeed (comme ils en ont l’habitude de faire dans les années précédentes), avec comme guest star le « maire » de Diawara pour gagner un peu de crédibilité qu’il n’a plus aux yeux d’une grande majorité de Diawara. 80% seulement de réalisation ? Si quelqu’un peut me dire quels sont les 20% que l’état du Sénégal a fait Diawara, j’en serais ravi. En réalité, la part de l’état est beaucoup plus proche du 0% qu’autre chose. Mais bon, le rédacteur de de Tambacounda.info est excusé, il doit méconnaître Diawara. Mais les priorités sont ailleurs.
    Aussi, Diawara avoisine les 20.000 habitants. Oubli d’un zéro ou certitude erronée ?

  3. Avatar
    Abde mai 07, 2011

    Exactament Mr sakho… les rectificacions… j’ajoute aussi que le pont dat environ des années 65-66-57 per là et non 1975, comme il le dit dans son editorial….
    Ils doivent savoir que Diawara est plein intello… et qui sivent a la ligne près tout ce qui touche a la Commune…
    Bonne Journée a tous les diawaranko.

  4. Avatar
    Abde mai 07, 2011

    je veux dire en cequi est du pont : ça date des années 65-66-67 a peu prés.
    Excusez- moi mes erreurs du precedent commentaire.
    Merci

  5. Avatar
    SOUAIBOU KOITA mai 09, 2011

    Bonjour et merci pour l’organisation de cette journée culturelle. Expérience à renouveler. Franchement, je vous encourage fortement à vous tourner vers la cause de notre Département qui est abandonné. Absence de forces vives pour révolutionner les mentalités et donner le sens de rigueur, du sérieux, de l’état, du patriotisme et défendre l’intérêt général et non des intérêts particuliers qui freinent et handicapent notre développement. Nous comptons beaucoup sur cette génération pour relever le défi majeur. Toutes les réalisations de nos contrées sont faites par les pauvres Immigrés. La seule réalisation de l’Etat que nous espérons est la construction du futur collège, dont les travaux ont commencé depuis Juin 2008, mais arrêtés depuis près de 3 ans. Le Collège a

  6. Avatar
    SOUAIBOU KOITA mai 09, 2011

    SUITE : Les Travaux du collège de Diawara sont arrêtés depuis près de 3 ans. Le collège de Diawara squatte différents locaux dans Diawara. Les 4 classes existantes ont été faites par les pauvres immigrés. D’ailleurs, 2 classes squattées sont surnommées ( DARFOUR ). Pourquoi Darfour ???? Devinez …Moi personnellement, je me pose des questions : Que fait l’Etat chez nous ? Je ne comprends pas, comment un Etat peut démissionner de ses services de base : Santé, Education, Eau…Et quand on voit des Milliards qui sont détournés dans les caisses de l’Etat, c’est révoltant. Et pourtant, la population ne demande pas de lune : Santé, Education et Eau. Mais que des promesses de Campagne.
    NB : Elle est où la Promesse de Campagne de Wade en 2009 : Une Ambulance pour Diawara.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

 

Aller à la barre d’outils